-

Editorial

Le risque peut se définir comme la probabilité que survienne un événement jugé indésirable dans un espace de temps donné.

Comme toute probabilité, sa survenue n’est pas certaine, mais si elle survient, elle n’est peut-être pas due au hasard. Une fois posée cette constatation, il reste à définir les facteurs qui prédisposeront à la survenue du risque. Parmi ceux-ci, certains sont inévitables, par exemple le risque vasculaire lié au sexe masculin. D’autres peuvent être atténués ou supprimés, ainsi on supprime le tabac et on atténue l’effet de l’hypertension artérielle. Il en est de même pour les risques liés à la pratique des soins ou à l’hébergement d’un résident. Mais, à la différence des facteurs de risque et des pathologies, la gestion des risques liés aux soins relève de la «vigilance». Terme qui a fait flores dans le cadre des établissements de santé : pharmacovigilance, matério-vigilance, etc…

Ainsi, au lieu de conseils hygiéno-diététiques ou de médicaments, le traitement de ces risques devient une gestion des facteurs qui favorisent la survenue des risques.

Reste à se poser la question de la position du curseur. Vise-t-on l’absence totale de survenue d’événements indésirables ou peut-on accepter la réduction simple de la survenue du risque ? Une partie de la réponse appartient à la nature de ce risque. Ainsi, dans le cadre d’une centrale nucléaire, il est évident que tout risque de contamination radioactive est inacceptable et le niveau de prévention est maximum.  Lorsque le risque n’est pas élevé ou que sa nature ne relève pas de caractéristiques particulières, les mesures que l’on met en place pour l’éviter doivent répondre à des qualités de justesse et de mesure pour que le coût imposé par la prévention ne soit pas trop supérieur au risque que l’on cherche à éviter. C’est là qu’émergent au milieu de ces calculs statistiques, stratégiques ou symboliques, un principe majeur de la gestion : le principe de réalité. Le médecin coordonnateur, le plus souvent, est dans la situation de celui qui doit appliquer une recommandation ou une directive imposant des précautions pour éviter un risque jugé comme évitable par la réglementation. L’art de la gestion consistera à inscrire dans la réalité de l’établissement et de l’équipe soignante l’application de la recommandation. Comme on le sait tous, justesse et mesure ne sont pas de vains mots lorsqu’il s’agit d’appliquer des recommandations qui souvent alourdissent la pratique du soin ou la vie de l’équipe. Le manager devient alors pédagogue. Il montre les effets délétères du risque, les complications, ou les conséquences personnelles et collectives. Mais cela reste un art difficile. L’échec de la vaccination des soignants qui dans leur très grande majorité refusent de protéger les patients des maladies qu’ils peuvent porter, indique à quel point il est difficile d’entraîner un comportement collectif de prévention.  

Comme dans d’autres domaines de la coordination, c’est la conviction, l’enthousiasme, la capacité à entraîner les femmes et les hommes qui vont installer les conditions d’une amélioration de gestion des risques et faire correspondre, in fine, probabilité du risque et réalité.

Pr Gilles Berrut

 

 
  Président(e)s  
 

Président d'Honneur : Pr Gilles BERRUT, Président du Gérontopôle

Présidente du Congrès : Dr Florence DELAMARRE-DAMIER, Gériatre MBA, Présidente d'AGREE

Présidente du Comité Scientifique :
Pr Sylvie PIESSARD, Pharmacien, Vice-présidente AGREE

Président du Comité d'Organisation :
Dr Sandrine LAFARGUE, Gériatre, Trésorière AGREE

 
Infos pratiques  
 

Lieu : Cité Internationale des Congrès - 5 rue de Valmy - 44000 Nantes


Agrandir le plan


Secrétariat Technique :
Techni Media Services
23, rue de l'Océan - BP 225 - Mirville
85602 MONTAIGU Cedex - France
Tél : +33 (0)2 51 46 48 48
Fax : +33 (0)2 51 46 48 50
E-mail : congres@technimediaservices.fr


Conditions d'annulation :


En cas d'annulation, le remboursement ne pourra être obtenu que sur demande par courrier ou télécopie adressé à Techni Média Services avant le 1er avril 2014. En cas de grève, intempérie, épidémie, révolution ou guerre, aucun remboursement ne sera effectué et les inscriptions non réglées resteront dues.

Transports :

Tramway : Ligne 1 Station «Duchesse Anne - Château des Ducs de Bretagne», à une station de la gare TGV (sortie Nord).

Busway : Ligne 4 Arrêt «Cité Internat. des Congrès».

 

 

 

 
     


© Techni Media Services 2014

Placez ici le contenu de class "slide_top"